Journée des maires sarthois à l'hippodrome des Hunaudières

Jean Pierre et moi-même avons invité tous les maires de la Sarthe à une rencontre autour de la filière équine, filière chère au monde agricole sarthois avec 9 hippodromes en Sarthe, 45 en Pays de la Loire, première région en nombre d'hippodromes devant la Normandie (42 hippodromes).

Notre département est également doté de nombreuses exploitations équestres, telles les écuries d'élevage, écuries d'entrainement, centres équestres et bien d'autres.

Veuillez retrouver ci-dessous mon discours d'ouverture de cette rencontre et quelques photos souvenir de cette journée où nous avons pu récompenser Jean-Michel BAZIRE et Alexandre ABRIVARD, deux crack du monde des courses.



"Bonjour à tous,

Tout d’abord je vous remercie d’être avec nous aujourd’hui en ce lieu très important pour notre territoire. En effet, l’hippodrome des Hunaudières est un site que nous devons d’une préserver et de deux promouvoir. Ce champ de courses a été créé au milieu du XIX ème par l’association de plusieurs propriétaires de pur sangs afin de pouvoir organiser des courses en plat et bénéficier d’une ligne droite qui est une des plus longues de tous les champs de courses de province. Le terrain se prêtait particulièrement bien à cette activité entouré de bois de pins et de landes. A l’époque, la ligne droite des Hunaudières n’existait pas car les 24 du Mans n’étaient pas encore nés mais la réputation des hunaudières était déjà faite dans le monde du sport.

Parmi les fondateurs, le Duc de Doudeauville, le Duc des Cars, le Marquis de Nicolaÿ et M Couturie. Et oui, ma famille est étroitement liée au monde du cheval avec notamment le Haras des Sablonnets au Lude, le plus vieux haras de France tenu par la même famille, plus de 150 ans d’activité sur les terres sablonneuses du Lude.

Une autre particularité de ce champ de courses et qui en fait un lieu unique, c’est le décollage d’un pionnier de l’aviation Wilbur Wright. « Les neuf premiers vols publics au monde et les premiers vols en Europe des frères Wright sur leur Flyer III ont eu lieu au Mans ». C'était à l'hippodrome des Hunaudières, entre le 8 et le 13 août 1908. Une page de l’histoire de l’aviation s’est écrite ici même.

C’est un atout majeur pour notre département qui se veut être un territoire sportif et ludique. Nous avons en effet la chance d’avoir le circuit des 24h, d’une renommée mondiale, le MMArena, avec une équipe de foot qui vient de monter en ligue 2. Nous avons Antarès avec une équipe de basket qui nous fait vibrer régulièrement et nous avons des professionnels du monde équestre qui font rayonner la Sarthe sur la scène nationale voire internationale. C’est grâce à des infrastructures comme celle-ci que nous pouvons offrir aux sarthois mais également aux touristes des évènements sportifs de qualité, des animations ludiques et des activités sportives.

En France, ce sont 228 hippodromes en province dont 45 en région Pays de la Loire. Nous sommes la région avec le plus de champs de courses devant la Normandie qui en compte 42. Le maillage territorial de ces infrastructures hippiques est primordial car en milieu rural, les hippodromes ont une vocation très différente qu’en zone urbaine. Les hippodromes ruraux jouent un rôle ludique, touristique et social. En effet, ils créent du lien, ce sont des rencontres très souvent familiales qui suscitent des vocations pour continuer à alimenter la filière. Les hippodromes diversifient également leur activité en proposant des animations sur site hors courses hippiques. Ils deviennent donc des lieux d’évènementiel. Ils génèrent ainsi des emplois ponctuels hors filière équestre.

Ce ne sont pas moins de 49 métiers directs et indirects en lien avec le cheval. La France compte 3000 salariés dans les hippodromes mais également 12000 sociétaires dont 6000 bénévoles…une denrée rare de nos jours !

Les hippodromes font partis d’une chaîne structurante de la filière cheval. Cela permet en effet de continuer à faire vivre les élevages (nombreux en sarthe), les déboureurs, les entraineurs, les vétérinaires. En 2017 c’était 25600 salariés agricoles dont 23% en course, 15% en élevage et 63% en équitation. Ne pas soutenir les hippodromes reviendrait à ne pas soutenir tous les professionnels du monde équestre.


En tant que membre de la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable au Sénat, je ne peux m’empêcher de mentionner l’intérêt fort des hippodromes sur la diversité de nos paysages et le maintien des espaces verts. Les hippodromes urbains sont garants de verdure en ville, en zone rurale il est une richesse patrimoniale indéniable.

Pour l'urbaniste (et pour nous) l'hippodrome est un théâtre végétal grandiose, une zone de verdure privilégiée mais aussi de calme et de beauté au service des loisirs, du tourisme et de l'animation.

Nous travaillons également avec le département pour l’aménagement de notre territoire et de ses infrastructures pour la mobilité et l’itinérance douce où le cheval a toute sa place.

Je profite de cette occasion aujourd’hui pour vous annoncer la promulgation de la loi portant création de l’agence nationale de la cohésion des territoires. Ce nouvel outil au service de tous les territoires, en particulier des plus fragiles, qu’ils soient urbains ou ruraux, est censé lutter contre les fractures territoriales, "conseiller" et "soutenir" les collectivités et leurs groupements dans leurs projets quels qu’ils soient : accès aux services publics, aux soins, au logement, en passant par la revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs, aux usages numériques, à la politique de la ville, mais aussi tout à projet « innovant »…

Le maître mot est de retrouver une réelle « cohésion des territoires » en développant tout à la fois coopération et réciprocités entre collectivités, mais aussi via un soutien financier, technique, humain.

C’est-à-dire un vrai pôle d’ingénierie.

A ce titre, l’ANCT pourra donc intervenir pour tout projet d’aménagement des hippodromes en France afin d’accompagner les collectivités territoriales et les associations hippiques concernées.

Nous pouvons donc nous réjouir d’être ici aujourd’hui témoin de la richesse de notre territoire, des professionnels et de la filière cheval toute entière pour notre département ainsi que de la politique territoriale menée pour préserver de telles infrastructures."




À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Site officiel du sénateur Louis-Jean de Nicolaÿ / droits réservés @ljdenicolay

© 2023 par Simone Morrin. Créé avec Wix.com